Pacoton (Célestin Freinet XLVI)

Ropraz / 12 heures
Il serait intéressant, je crois, de rechercher quels sont les jeux, quelles sont les activités spontanées auxquels se livrent de préférence les enfants qui ont été astreints, à l’école, à l’église, dans la famille, dans la société, à des travaux, à des attitudes qui sont contraires à leurs besoins naturels, physiques, physiologiques, psychiques, et nécessitent de ce fait une anormale tension qui exige une détente libératrice compensatrice.
Nous ne retrouverons guère là de jeux-travaux, mais toute une catégorie de jeux différents dans leur forme, leur technique, leur rythme, leur atmosphère, et que nous pourrons appeler de détente compensatrice.
Nous ferons une place à part aux jeux de détente compensatrice physiologiqued’abord : bousculades, batailles en général anarchiques, moqueries entre camarades et adultes, farces plus ou moins intelligentes, pierres lancées contre des fenêtres ou des lampes, tortures aux animaux, etc. Ces jeux sont, vous le remorquerez, à peu près tous anormalement pervers ; ils sont l’exaltation de tout ce qu’il y a de plus mauvais en l’enfant. Et cela parce que le désordre a été implanté dans la vie des individus, qu’on les a cruellement comprimés, et que la détente compensatrice va nécessairement elle aussi au-delà des normes. […]
Quelle sera la réaction à la tension mentale, nerveuse et psychique ? Je note seulement, en passant, qu’elle peut être à l’origine de complexes mentaux générateurs de manies, de phobies, de haines et de passions inexpliquées, et qui sont indépendants d’une détente spéciale canalisée par les jeux, et que j’appellerais la détente compensatrice psychique.
Célestin Freinet, Oeuvres pédagogiques I,

L’Education du travail, 1949
La distraction n’est nullement une nécessité

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.