Chalet d’Orsoud (Célestin Freinet XLVIII)

Corcelles-le-Jorat / 11 heures

Prenons par exemple les jeux de billes ou de boules, qui sont des jeux-travaux par lesquels l’individu augmente l’agilité et l’adresse qui lui sont nécessaires dans sa lutte active pour la vie. […]
Mais il arrive que, par besoin maladif d’excitant, on pervertisse cette saine activité par l’enjeu. […]
Il suffit en effet de regarder des joueurs de billes ou de boules pour comprendre, sans être grand psychologue, si la partie est « intéressée » ou non. Si les joueurs sont appliqués, sérieux, mais calmes, sociables et accommodants, comme au travail : jeu-travail. S’il y a cris, disputes acharnées, colères, menaces d’abandon, tricherie ou tentative de tricherie : jeu à gagner.

En effet, les jeux de cartes. ne sont pas à proprement parler des jeux-travaux ; ils sont la représentation, à l’aide de symboles, d’activités ancestrales fonctionnelles. C’est pourquoi j’appellerais ces jeux : jeux-travaux symbolisés. […]
Il n’y a qu’à analyser les travers des stratèges en chambre pour se rendre compte des dangers possibles de ces jeux-travaux symbolisés ; ils prennent la déplorable habitude, qui devient comme une inhumaine manie, de sous-estimer les obstacles véritables, de faire bon marché des souffrances ou même de l’extermination des combattants, de se mouvoir en pensée dans un cadre fictif, anormal jusqu’au ridicule.

Célestin Freinet, Oeuvres pédagogiques I,
L’Education du travail, 1949
Jeux-travaux symbolisés et jeux à gagner

Leave a Comment