Chemin de l’Evêque (Célestin Freinet LXII)

Montpreveyres / 8 heures

Seul lien efficace entre les membres de la société ! Il faudra insister plus que jamais aujourd’hui sur cette vertu première du travail […]
On pourrait même dire que des individus, et des groupes humains, se comprennent d’autant mieux que leurs techniques de travail, que leurs préoccupations de métiers sont voisines ; qu’ils sont d’autant plus étrangers les uns aux autres que leurs travaux sont dissemblables. Il existe ainsi, à travers le pays, une sorte de fraternité, de communauté de plaine, une fraternité de montagne et de vallée, de vignobles ou de vergers, et cette conjonction, l’interpénétration actuelle des populations ne l’a pas encore totalement réduite.

Célestin Freinet, Oeuvres pédagogiques I,
L’Education du travail, 1949
La fraternité du travail

Leave a Comment