La part des hommes | René Girard

Deux raisons m’ont amené à tirer de la fosse à bitume, là où il reposait, un texte écrit il y a plus de 30 ans autour de René Girard. La première raison m’a été donnée par Jean-Louis Kuffer, qui ressort de ses archives un entretien de 2007, tout à fait passionnant, avec l’anthropologue ; la seconde, moins claire mais plus évidente, renvoie à mon intime conviction : René Girard et Michel Serres (celui d’après Hermès, celui du Parasite, du Livre des fondations et du Tiers-instruit) avaient vu juste sur la question de la différenciation, de la violence et de l’histoire, ou en ont donné un éclairage qui ne cesse de tenir ses promesses.
Plus modestement enfin, parce que je perçois les traces de l’enseignement de René Girard à la fin du sixième chapitre de NOVEMBRE, dans le récit du commerce auquel se sont livrés, en 1847, Louis Agassiz et Henry David Thoreau.
La légende du Grand Partage, cher à Bruno Latour, n’a pas cessé d’organiser nos activités, pour le meilleur et pour le pire.

C’est ici.

Leave a Comment