Au carrefour

ll se retrouve là secoué comme chacun par la bonne et la mauvaise fortunes, peu à l’aise avec un avenir à l’horizon encombré, quelques souvenirs qui sortent la tête du brouillard, ceux avec lesquels il va. Et il est là, et il se demande comment il parviendra à l’essentiel.
En avançant à reculons peut-être pour ne pas ajouter de brillants au collier à deux sous de sa vie, pour se réconcilier avec le chemin fait de zigzags qui l’a conduit jusque-là, pour dire le vrai qui reste.

– En trente-sept ans je ne peux pas dire que j’ai appris grand chose. Quand même à desserrer les pièges, avec une pointe ou un petit bout de fer quelconque pour que la palette soit moins dure à déclencher. Dans le temps, j’étais comme les fermiers, je tendais le fer tel qu’il était, point dur à ce que je creuyais, et j’avais du mal à en prendre parce qu’il fallait que la taupe force. Quand la palette est plus souple, qu’elle fonctionne bien, les taupes se prennent.
Et puis, au début, je cherchais toujours la passée centrale, maintenant c’est souvent en bout de passée, là où elles vont reprendre leur ouvrage, que je les attrape. La pratique y fait un peu quand même. Je sais qu’il faut trier les pierres jusqu’à la dernière. En commençant je disais : il y a quelques pierres, elles ne vont peut-être pas gêner, et si une pierre retenait le piège eh bien la taupe était partie.

Jean-Loup Trassard, Conversation avec le taupier
Le temps qu’il fait, 2007

Jean Prod’hom