Au Riau

verger_taille

Corcelles-le-Jorat | 13 heures

Laurent a obtenu une licence d’histoire de l’art en 1981, Catherine de géographie en 1986 ; avec des mémoires, lui sur le dessin de presse, elle sur les énergies renouvelables. C’est l’heure de l’apéro, ils enseignent depuis vingt ans dans le même établissement du secondaire inférieur, Laurent l’histoire et l’anglais, Catherine la géographie et le français. Ils ont décidé de mieux se connaître.
Tout y passe, du plaidoyer pour le livre papier, Catherine adore parcourir les rayonnages de ses bibliothèques dans lesquelles elle accumule des livres depuis des décennies, à la défense illustrée de l’Amérique – la californienne surtout, et celle des grands parcs. Les grosses motos, c’est son dada, Jacques Brel, elle adore, les élites, il en faut, les voyages culturels, ils ne s’en rassasient pas, les réseaux sociaux, ils ont du bon ; la vertu des devoirs, la laïcité, l’orthographe, le communautarisme, le livre, le livre encore, je cite Laurent : Que nous, les anciens, fassions tout ce que nous pouvons afin de conduire les jeunes générations au plaisir des lettres et des livres !
Ils défilaient dans les années septante, ont depuis fait un pas de côté et quitté le cortège. Tous les deux ont fait un enfant, il a débloqué sa caisse de pension, elle a voyagé aux quatre coins du monde, il a acheté un chalet. Il leur reste visiblement quelques points à régler, délicats, pour ne pas avoir à trahir les engagements qu’ils avaient pris enfants, si lointains qu’ils ne s’en souviennent plus exactement.
Pour maintenir toutes les chances de leur côté, Laurent gère lui-même son portefeuille d’obligations et d’actions, il vote à gauche ; quant à Catherine, elle vote à droite mais trie ses déchets et achète bio.