Donner un peu de corps à l’avenir

Capture d’écran 2016-05-28 à 10.16.17

Donner un peu de corps à l’avenir,
en nous tournant, le soir,
du côté de la nuit qui tombe.

DSC02132

Jean Prod’hom

Sous les feuillets de ce qui a été dit

Capture d’écran 2016-05-22 à 16.46.32

Sous les feuillets de ce qui a été dit :
ce qui a eu lieu pour de vrai,
qu’il nous faut inventer une seconde fois.

DSC02095

Jean Prod’hom

A-t-on le droit de photographier le lac

Capture d’écran 2016-05-28 à 10.15.39

A-t-on le droit de photographier le lac ?
demande l’enfant ? Et le ciel ?
La question est moins idiote qu’il n’y paraît.

DSC02103

Jean Prod’hom

Fontaine, lamiers et véroniques

Capture d’écran 2016-05-22 à 16.46.11

Fontaine, lamiers et véroniques,
c’est bien assez pour aujourd’hui.
Le chemin ira sans moi.

DSC02014 (1)

Jean Prod’hom

C’est jour férié

Capture d’écran 2016-05-22 à 16.45.53

C’est jour férié,
les vivants et leurs morts ont déserté les lieux.
Quelque chose frémit alors. Sans eux.

DSC01957 (2)

Jean Prod’hom

Parler ne rimerait avec rien

Capture d’écran 2016-05-22 à 16.46.22

Parler ne rimerait avec rien,
si ne nous avait été octroyée
l’occasion de nous taire.

DSC01950

Jean Prod’hom

Il pleut, les benoîtes tremblent

DSC01906

Il pleut, les benoîtes tremblent,
l’eau se hâte, n’a qu’une idée,
rendre son lit au ruisseau.

DSC01944

Jean Prod’hom

Marges

Capture d’écran 2015-09-27 à 15.53.24

Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges 169 (janvier-février 2015)

Lisbeth Koutchoumoff :
Le Temps Samedi Culturel ici et (19 novembre 2015)

Critiques littéraires du « Temps »
L'année 2015 des livres: nos 10 coups de cœur (28 décembre
2015)
Rétrospectives

Michel Audetat
Le Matin Dimanche (6 septembre 2015)

Jean-Louis Kuffer (8 novembre 2015)
Le Matin Dimanche

Thierry Raboud
Quotidien de la Liberté (31 octobre 2015)

Philippe Dubath (18 novembre 2015)
24 heures

Karim Karkeni (24 novembre 2015)
Radio Vostok

Jean-Louis Kuffer
Ceux qui écrivent dans les marges (4 octobre 2015)
Ceux qui font attention (8 octobre 2015)
Tessons de rentrée (15 octobre 2015)
Mémoire vive (92) (9 novembre 2015)
Passion de lire (18 novembre 2015)

Alain Bagnoud (9 novembre 2015)
Blog d’Alain Bagnoud

Dany Schaer (10 décembre 2015)
Journal de Moudon
Echo du Gros-de-Vaud

Céline Prior (janvier 2016)
Terre et nature

Dimitri Pittet
La Broye (10 septembre 2015)

Collègues écrivains (16 décembre 2015)
La Gazette, média de la fonction publique n°266

Frédéric Rauss (18 décembre 2015)
Lesmarges.net (in Les joies du père)

Etienne Rouziès (25 mai 2016)
Tessons sur la Têt (in Le vent des rues)

Tessons

Tessons Temps Prod'hom

Dominique Aussenac
Brimborions, Le Matricule des Anges 161 (mars 2015)

Lisbeth Koutchoumoff :
Pépite, Le Temps Samedi Culturel ici et (15 novembre 2014)

Critiques littéraires du «Temps»
Les 20 livres qui ont marqué l’année 2014 (23 décembre 2014)
Palmarès

Michel Audétat (30 novembre 2014)
« Tessons » ou la beauté sauvée des eaux, Le Matin Dimanche

ch REIHE | ch COLLECTION | ch COLLANA (chstiftung)
Jean PROD’HOM | tessons

Jean-Louis Kuffer (5 et 12 novembre 2014)
Mémoire vive (51)
Ceux qui ramassent des éclats de beauté

Philippe Dubath et Odile Meylan (29 novembre 2014)
24heures 1
24heures 2

Jean-Blaise Besençon
L’Illustré (7 janvier 2015)
Tête-à-tête

Littérature romande (6 avril 2015)
Entretien
Tessons

Dominique de Rivaz (8 mai 2015)
Le Nouvelliste

Pierre Bergounioux (12 février 2015)
Cher Jean

Nicolas Verdan (27 novembre 2014)
Terre et Nature

Etienne Dumont (11 décembre 2014)
Bilan

Alinda Dufey (5 décembre 2014)
Vigousse

Thierry Raboud (6 décembre 2014)
La Liberté (Fribourg)

Carine Delfini sur La 1ère (12 novembre 2014)
RTS

Geneviève Bridel
Le Journal du samedi (27 décembre 2014)
Quartier livres
3.35 - 5.30
La Puce à l’oreille (27 novembre 2011)

Elsa Duperray
La Puce à l’oreille (27 novembre 2011)

Denis Montebello (2 décembre 2014)
Le blog de Denis Montebello

Karim Karkeni (17 décembre 2014)
Sur Katchdabratch

Alain Bagnoud (21 novembre 2014)
Blog


Danielle Marze
La Tribune Nyons-Vaison-Valreas (17 septembre 2015)

Karim Karkeni (24 novembre 2015)
Radio Vostok

Thomas Vinau (8 décembre 2014)
Facebook
Éclats de rien qui bout à bout forment le temps. Récolte insignifiante des petits morceaux de couleur dont plus personne ne veut. On ne répare pas les pots cassés mais on peut en faire des bouquets, des enfants, des questions.

Sylvie Durbec (22 novembre 2014)
Facebook
Lire Tessons de Jean Prod'hom, c'est marcher d'un pays à l'autre, d'une plage à l'autre, d'un Portugal aimé à une Bretagne retrouvée. Et les tessons s'entassent un peu partout dans la mémoire. Et ravivent le désir de poursuivre.

Claire Krähenbühl (17 novembre 2014)
Facebook
Tesson(s) s'ouvre comme une huître et la chair s'annonce savoureuse: "les belles histoires n'ont pas de fin". Pour vérifier, je cours à la dernière page et ça finit bien mais par une promesse. Ouverte. Rien ne finit jamais. On se penche, on ramasse, on touche, on écrit. "Les restes de la vaisselles du monde!" Reliefs. Bris qu'on empoche comme un marron. Brisures qu'on achetait gamines, les morceaux cassés des pièces à quinze (qui se souvient?) un cornet pour 10 centimes. Chutes de tissus, échantillons, lambeaux, brindilles, restes de restes, mots. Motifs.

Dany Schaer (20 novembre 2014)
Journal de Moudon
Echo du Gros de Vaud

Agathe Gumy
Aux 4 coins du Mont (février 2015)
Tête-à-tête

Alain Schafer (6 novembre 2014)
La Broye

Frédéric Rauss (13 avril 2016)
Tessons (in Les joies du père)


Jean Prod’hom

Poète ou sorcier

13239265_10206496993445579_453766656046797136_n

Poète ou sorcier,
chacun fait son pain.
Avec ou sans levain.

DSC01839

Jean Prod’hom

Le principe du tiers exclu

Capture d’écran 2016-05-14 à 21.37.04

Le principe du tiers exclu étend son empire,
les zones intermédiaires plient.
Vivre tout de même, sur une palette ou dans une coque de noix.

DSC01900

Jean Prod’hom

Demeurer encore

Capture d’écran 2016-05-21 à 23.55.56

Demeurer encore,
parce qu’il en ira ainsi
jusqu’à la nuit.

DSC01810

Jean Prod’hom

Vulpin, fêtuque et paturin

Capture d’écran 2016-05-14 à 21.36.44

Vulpin, fêtuque ou paturin,
puccinellie, houlque ou dactyle,
ni écrire ni marcher ne sont des gagne-pain.

DSC01754 (1)

Jean Prod’hom

Tout s’emballe en mai

DSC01722

Tout s’emballe en mai,
bruisse, fleure, éclate. Et nous ?
D’un seul coup à la traîne, avec la tête qui tourne.

DSC01736 (1)

Jean Prod’hom

L'enfant ouvre les yeux sans disposer du langage

Capture d’écran 2016-05-14 à 21.36.34

L'enfant ouvre les yeux sans disposer du langage,
le vieux les ferme en préférant se taire.  
On n'en saura pas plus.

DSC01710 (1)

Jean Prod’hom

Elle est grande

Capture d’écran 2016-05-14 à 21.37.27

Elle est grande, brune, étanche, c’est une force de la nature. Elle a un faible pour les longs couloirs des administrations, tient depuis toujours, dans la main droite, un trousseau de clés auxquelles elle fait sonner périodiquement le tocsin. Elle aime s'entendre venir de loin, au pas, s'aligne avec elle-même, à gauche et à droite des portes vitrées, roule ses lourdes hanches. Elle a servi depuis le temps plusieurs institutions : police, école, institution religieuse, prison, colonie de vacances.

DSC01696

Dedans, la méchanceté et la suffisance macèrent, ça ne se voit pas, la donzelle sait où mettre les pieds. Si le vent tourne, elle se replace, demi-tour ou culbute. Toujours prête à donner à celui qui peine le coup de main qui l'achèvera, ça ne coûte rien : un mot tordu, une savonnette, une encouble, une grimace, un peu d'acide. Elle écoute, collecte les rumeurs qu'elle jette dans son alambic, il en sort du vinaigre qu'elle verse sur les plaies.
Ne vous méprenez pas, la dame aux yeux gris-vert est sensible ; elle s'est décidée pour un second tatouage, un joli tatouage, un papillon peut-être, sur le mollet ou sur l'épaule, elle hésite encore.
Les plus lucides se taisent, craignent qu'elle se dégonfle et qu'ils l’aient sur les bras. Ils la laissent faire, alors elle continue.

Jean Prod’hom

Exilé

Capture d’écran 2016-05-14 à 21.37.14

Exilé
dans la langue,
de la langue.

DSC01683

Jean Prod’hom

C’est brouiller les cartes

Capture d’écran 2016-05-07 à 08.55.25

C’est brouiller les cartes
que de détourner les ruisseaux :
le ruisseau est détour.

DSC01658 (2)
Aurore femelle

Jean Prod’hom

Personne n’a jamais entendu la gamine élever la voix

Capture d’écran 2016-05-07 à 08.54.16

Personne n’a jamais entendu la gamine élever la voix, tout le monde pourtant s’en souvient, elle avait l’art délicat de faire précéder chacune de ses réponses par deux ou trois hochements de tête, lents, de consentement, qu’un sourire de tout le visage accompagnait et qu’elle répétait tandis qu’elle parlait. C’était comme une mise à terre qui nous assurait qu’elle avait bien compris notre intention, mais qui nous prévenait également qu’elle ne nous en en dirait pas plus et qu’il serait inutile d’insister, quelle que soit la teneur de sa réponse.

P1020317.JPG

Lorsque je l’ai connue il y a quelques années, elle étudiait en secret le japonais ; de ne rien dire de cette passion, trois ans durant, de ne pas songer à la partager, de la maintenir ainsi intacte, l’avait conduite à faire circuler, à son insu, le charme en partie imaginaire qu’elle prêtait à cette langue et à cette culture qui l’envoûtaient. Cette différence indicible, légère en direction de laquelle son esprit tendait et dont elle ne savait trop quoi dire, l’avait rendue différente des autres.
Par ces hochements de tête, elle indiquait à qui voulait l’entendre que la conversation pouvait avantageusement remplacer l’interrogatoire, le consentement la panique, la mise à terre la mise à mort. Elle soufflait à ses maîtres et maîtresses que des baguettes pouvaient se substituer aux couteaux et aux fourchettes pour observer, pincer, approfondir, être au monde.

Jean Prod’hom

C’était un gamin attachant

Capture d’écran 2016-05-07 à 08.55.36

C’était un gamin attachant ; lorsqu’une balle s’échappait de sa raquette, à la verticale, il attendait de longues minutes la tête dans les nuages, assuré que le ciel la lui rendrait bientôt.

IMG_1835

Jean Prod’hom