Gif | 21 décembre 2015

bergounioux_marges_prodhom
 
Cher Jean,
Merci des nouvelles des hauteurs. Votre pluie n’est pas pour me surprendre. L’hiver a fait son entrée, ce matin, et il n’a toujours pas gelé. Il reste des roses au jardin. Les campanules sont fleuries et treize jonquilles sont déjà écloses, pas moins. Ce soir, le soleil retardera d’une minute son coucher. Comme dit Beckett, « c’est énorme ».
Encore une année calamiteuse, les attentats sanglants de janvier, ceux de novembre, et ma mère qui nous quitte, le 12, la veille de la tuerie. Après Beckett, Groddeck, qui nous rappelle, si toutefois on pouvait l’oublier, qu’on a tous les âges à chaque instant. C’est le garçonnet de quatre ou cinq ans, désemparé, désespéré qui a pris la direction des opérations, depuis le mois dernier. Et il ne retrouvera plus celle qu’il cherche dans les allées du supermarché.
Bonne année à tous, envers et contre tout, avec des maths et de la grammaire. Non, celle-ci n’est pas forcément le triste, le vétilleux catalogue de bizarreries impératives qu’on nous a enseigné mais l’armature de la pensée, la droite voie de notre sens et les petits enfants- j’ai vérifié, jadis, dans mon collège- accèdent sans difficulté à pareille évidence. Quoi de moins surprenant ! Ils la possèdent à l’état pratique et, maintenant, ils savent qu’ils l’ont toujours su. Ils découvrent de quelles richesses ils étaient dépositaires. La Bruyère, pour finir : « Juste après viennent les diamants et les perles ».
Amitié.
Pierre