Jardin (Célestin Freinet LXVIII)

Riau Graubon / 17 heures

Nous abandonnerons, nous aussi, le râtelier scientifiquement construit. la litière neuve et la mêlée savamment combinée – et nous essayerons, à la fois humblement et intelligemment, de préparer à l’enfant ce pré plantureux, humide et ensoleillé, riche en herbes délectables et en fleurs dont le seul parfum est la plus délicate des nourritures.
Mais cette nourriture ne sera pas toujours prête, et comme offerte passivement. le poulain se lasse des carrés trop drus où chaque coup de langue fait son plein. Il gambade – et vous vous en étonnez – vers une revers de canal, jusqu’à la rive ombragée du ruisseau, pour chercher, pour choisir et savourer ce qu’il avait peut-être en abondance dans le coin délaissé. L’enfant de même devra souvent conquérir sa nourriture, la mériter et l’atteindre par la recherche, par l’effort, par la création, le travail.

Célestin Freinet, Oeuvres pédagogiques I,
L’Education du travail, 1949
L’enfant veut travailler comme il veut se nourrir

Leave a Comment