Coup de pouce

Je reçois il y a quelques jours un mail d’un jeune électricien de Genève. Il me prie de retirer du site du Journal de l’Etablissement un texte qui y figure. Pourquoi cet ancien élève dont le nom ne me dit rien souhaite-t-il que ce texte disparaisse du site ? Le texte était-il si mauvais, lui rappelait-il de mauvais souvenirs ? Je vais immédiatement le consulter et comprends alors la méprise. L’électricien genevois n’en est pas l’auteur !
Il s’agit en fait d’une lettre argmentative écrite en juillet 2003 dans le cadre du Certificat d’études par Jonathan, un excellent élève dont je me souviens bien. Pour la faire figurer sur le site comme exemple, j’avais estimé judicieux de substituer aux prénom, nom et adresse réels qui figuraient en tête de sa lettre, des prénom, nom et adresse fictifs.
Par un pur hasard j’ai choisi ce jour-là un prénom et un nom que portait déjà un adolecent genevois bientôt électricien.
Celui-ci n’avait donc jamais été un élève du Mont-sur-Lausanne. Quant à l’adresse mentionnée en tête de la lettre, elle aurait dû lui suffire, au risque de se compter parmi les fous, pour ne pas faire de lui-même un autre…
C’est en recherchant les occurences du prénom et du nom des deux homonymes sur Google que j’ai compris peut-être l’intention de l’électricien genevois. Google place en effet en tête de sa liste de résultats la lettre argumentative de l’élève fictif du Mont-sur-Lausanne – et non pas les coordonnées de l’entreprise d’électricité que met sur pied le jeune loup de Genève. En me priant de retirer cette lettre qu’il savait ne jamais avoir écrite, l’électricien genevois espérait que je lui libère la première place et offre à sa nouvelle entreprise un avenir dégagé de toute ambiguïté.
C’est ce que j’ai fait sur le champ. Laissons vivre les petites et moyennes entreprises !

Jean Prod’hom