Mai 2019


1 mai 2019
Comment ne pas renoncer à toute activité littéraire…
Un texte extraordinaire !

*

2 mai 2019
C’est la première qui est venue m’adresser ses voeux.

*

– Qu’appelle-t-on folie au fond ?

– Vous l’avez dit, folie c’est le contraire de la sagesse et de l’équilibre, de la normalité et de la raison, le contraire de l’économie, de la brique et du roc…

– Mais ça c’est la petite folie. Et la grande folie ?

– Celle des asiles et des fous ?

– Oui.

– C’est trop souvent une souffrance, une immense, une incommensurable souffrance. 

*

5 mai 2019
Rendez-vous de la presse : Lisbeth Koutchoumoff et Michel Audétat se réjouissent de tous ces jeunes qui sortent de l’institut de Bienne… et d’un vieux qui s’est mis à écrire à soixante ans.

*

13 mai 2019

Un arrosoir, une herse abandonnée dans un champ, un chien au soleil, un pauvre cimetière, un estropié, une petite ferme, tout cela peut devenir le vaisseau de ma révélation. Chacun de ces objets et mille autres pareils sur lesquels le regard d’habitude glisse avec une évidente indifférence, peut soudain pour moi, à n’importe quel moment qu’il n’est aucunement en mon pouvoir de provoquer d’une quelconque façon, prendre une valeur sublime et émouvante qu’il me semble dérisoire de tenter d’exprimer par des mots. 

Hugo von Hofmannsthal, Lettre de Lord Chandos (à Francis Bacon)

*

NOVEMBRE EN TROIS TABLEAUX :
Une belle lecture de Novembre par Anthony Ramser dans L’Année du livre, l’Almanach numérique de la littérature contemporaine et du discours critique UNI Fribourg

*

Tourne la dernière page de « Là-haut » d’Edouard Rod (1897). Découvre de belles pages sur Salvan, Emaney, Van d’en-bas et Van d’en has. Il évoque également la mainmise des investisseurs sur les hautes cimes. Voilà pourtant ce qu’il écrit à propos de ce roman :

*

On ne va pas le cacher ! 
Et puis Novembre est en bonne compagnie : José-Flore Tappy, Elisa Shua Dusapin, Pierre-André Milhit.
Merci aux libraires de Suisse romande et à l’Académie.

*

Ainsi la maison est-elle moins l’asile où pénètrent les hommes que le réservoir inépuisable d’où ils se répandent. (Walter Benjamin)

Leave a Comment