Patrimoine immatériel mondial

Nous avons appris que la Fête des Vignerons de Vevey venait d’obtenir son inscription sur la liste du Patrimoine immatériel mondial de l’UNESCO et que d’autres traditions vivantes suisses aspiraient à cette même reconnaissance. Le repas gastronomique à la française, avec ses rituels et sa présentation, lui aussi, a rempli les conditions. Ils ont rejoint tous deux la culture de la bière en Belgique et la rumba à Cuba. Ce sera bientôt au tour, on l’espère, de la dentelle au point d’Alençon.

cailloux_oron

Mais nous voudrions avant d’aller plus loin, ne serait-ce que pour laisser un peu de place à la mécanique horlogère, à la saison d’alpage et au yodel, que l’effroi que chacun peu lire sur le visage des victimes innocentes des guerres soit rayé à tout jamais du Patrimoine immatériel mondial de l’UNESCO.
On en garderait quelques images pour rappeler les horreurs auxquelles on a échappé : c’était des rivages de la mort, vers lesquels ils allaient retourner, qu’ils venaient un instant parmi nous, incompréhensibles pour nous, nous remplissant de tendresse, d’effroi, et d’un sentiment de mystère, comme ces morts que nous évoquons, qui nous apparaissent une seconde, que nous n’osons pas interroger et qui, du reste, pourraient tout au plus nous répondre : « Vous ne pourriez pas vous figurer. »