Dimanche 16 août 2009

Que peut-on faire au bord du lac ?
Compter les trente-six mouettes alignées sur le môle. Manger par exemple quelques tranches de charcuterie serrées dans deux morceaux de pain, ou une pomme, ou tous les deux.
Deux femmes cherchent un lieu susceptible de leur offrir une certaine tranquillité. Je crains qu’elles ne soient déçues. Seule l’une d’elles, la petite, porte une glacière en bandoulière.
On peut s’étonner ou ne pas s’étonner des risées sur le lac, des quelques bateaux qui disparaissent. Fermer les yeux et ne pas se retourner quand on entend sur le gravier les pas se rapprocher et s’éloigner, et faire mentalement le portrait de l’inconnu sans jamais en vérifier l’exactitude.
Une petite fille est assise au pied d’un banc public sur lequel un homme lit, peut-être son père, ou son grand-père. A côté d’elle une casquette dans laquelle elle a placé un pain au lait qu’elle partage avec une amie invisible. Chacun s’agite, les abeilles, les cygnes, les canards, les corneilles, mais aussi les enfants, les promeneurs, les chiens. Ils se sont donné le mot, c’est chacun son tour. Des mouettes filent ventre à terre vers Morges.
On pourrait lire aussi ce petit texte de Robert Walser, Genève, dans lequel il se demande ce qu’on peut faire à Genève. Toutes sortes de choses.
On peut recompter les trente-six mouettes sur le môle qui sont désormais quarante. Puis aller manger une glace qu’on achèterait au kiosque situé dans le voisinage du siège du comité international olympique, pour autant qu’il soit ouvert. Tout le monde est à Berlin.
Proposer le peu d’eau qui reste au garçon qui s’est blessé avec sa trottinette, écouter ses explications ou poursuivre sa promenade et lui laisser la bouteille.
Les nuages font de l’ombre au Jura et aux Alpes, quelques-uns pourtant ne font rien, ils s’étirent du sud à l’ouest, puis rapidement disparaissent dans le bleu du ciel.
On pourrait prêter un peu plus d’attention à tout cela, au saule qui frémit, remue les bras et propose de l’ombre en dentelle à une femme rousse, cheveux raides, immobile à côté de celle qui pourrait bien être une amie chère. On n’en sait rien mais on pourrait avoir envie de le savoir. Difficile pourtant, car tout le monde se tait, ceux qui parlent comme ceux qui se baignent. Tout est en sursis, les cygnes ont disparu.
On pourrait s’attendrir, s’interroger, ou considérer que tout cela manque de consistance, se lever et rentrer à la maison.

Jean Prod’hom